Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un air plus sain dans votre maison grâce aux plantes ? Cela peut paraître irréel mais les plantes peuvent pourtant contribuer à améliorer notablement la qualité de l’air intérieur de vos domiciles.

Bill Wolverton, jeune étudiant américain fut embauché en 1974 par la NASA et fut le premier à étudier la qualité de l’air dans les engins spatiaux habités en inventant un système de bio filtre amélioré avec une plante, du charbon et des microorganismes. En injectant des polluants, il constata que certaines plantes étaient plus efficaces que d’autres pour absorber certains polluants. Les travaux de Bill Wolverton auront alors un retentissement international.

Les sources de pollution

Les polychlorures de vinyle (PVC), les peintures, les colles, les vernis et les produits de traitement du bois, notamment les biocides (insecticides), les solvants et les produits d’entretien ménager et de bricolage sont des sources importantes de pollution. Sans oublier les appareils de chauffage et de cuisson fonctionnant au gaz.

Précaution pour lutter contre la pollution

Concernant les gestes élémentaires contre la pollution de l’habitat, pensez notamment à aérer pour faciliter la circulation de l’air et ne pas boucher les conduits d’aération de vos pièces. Si les plantes contribuent à améliorer la qualité de l’air d’intérieur, une des meilleures garanties pour préserver un air sain est d’éliminer le maximum de facteurs à risques comme les matériaux polluants, les aérosols, les désodorisants, les insecticides ou pesticides, les bombes dépoussiérantes, la fumée de cigarette, etc.…

Comment les plantes nettoient-elles l’air ?

Premièrement, les plantes transforment le gaz carbonique en oxygène grâce au processus de la photosynthèse.

Deuxièmement, les plantes transpirent et augmentent ainsi l’hygrométrie, ce qui favorise un air plus sain.

Troisièmement, une grosse part de dépollution se réalise quand elles captent par leur feuillage les produits toxiques volatils qui les entourent grâce à un processus biologique ou à les stocker dans leurs tissus.

Plus vous vous munissez de plantes dépolluantes, plus l’air sera sain et plus l’humidité qu’elles dégagent sera bénéfique à la santé notamment dans des lieux surchauffés.

 

Associer des plantes dépolluantes à une pièce de la maison

 

La cuisine

L’ammoniac étant souvent utilisé pour nettoyer les éviers et les carrelages, une plante dépolluante convient particulièrement :

L’anthurium est aussi d’un grand secours mais nécessite une lumière plus importante. Pour lutter contre l’excès de monoxyde de carbone émis notamment par la gazinière, privilégiez un pothos ou un chlorophytum.

 

 

 

 

La salle de séjour

Lieu de convivialité ou l’on prend ses repas, on y trouve souvent des meubles, des appareils audiovisuels ou encore des poêles à bois. Pour absorber le formaldéhyde (produit de vitrification des parquets), optez pour des ficus. En cas de faible luminosité de la pièce, votre choix peut se porter sur un philodendron arborescent, un dracaena marginé ou un palmier nommé areca.

 

 

 

Le bureau

Il semblerait que certaines personnes passent un tiers de leur temps chez eux au bureau surtout pour celles qui font du télétravail. Aujourd’hui, l’ordinateur s’est généralisé mais ce sont des appareils qui produisent des ondes électromagnétiques qui peuvent être néfaste. Déposer deux ou trois cactus colonnaire (Cereus peruvianus) autour de l’ordinateur permet d’absorber ces radiations. Certaines personnes ont même vu leurs maux de tête disparaître !

 

 

La chambre de bébé

On retrouve de nombreuses pollutions identiques à celles trouvés dans le reste de la maison, cependant éviter à tout prix nos amis les chiens et chats dans la chambre de bébé, à cause des allergies dues aux poils qu’ils peuvent provoquer. Le collier antipuce qu’ils portent autour du cou est également néfaste si le bébé le porte à la bouche car il contient des biocides.

Le néphrolépis s’invite en premier choix pour absorber le formaldéhyde ainsi que le chlorophytum qui plaît aux enfants grâce à son aspect ébouriffé. Trois types de dracaena conviennent bien aussi, il s’agit du Janet Graig, le marginé et le Warneckii. Ce dernier absorbe le benzène et le xylène présent dans les feutres de coloriage. Ils n’ont besoin que de très peu d’eau.

 

 

 

 La chambre adulte

On retrouve le même genre d’agents polluants que dans les autres pièces notamment le formaldéhyde aussi présent dans les meubles en aggloméré et la colle à moquette. Le ficus benjamina et le dracæna Janet Graig sont très efficace dans la chambre à coucher. Quant au spathiphylum, c’est un véritable bijou passe partout puisqu’il a de remarquable capacité pour absorber le formaldéhyde, le xylène, le benzène, l’ammoniac et le trichloréthylène ! Cette plante est magnifique et on reconnaît facilement son manque d’eau quand ses feuilles retombent et palissent.

 

 

 

La salle d’eau

En plus des meubles, on y trouve souvent un lave linge, un sèche linge, des lessives, détergents et assouplissants. Attention aussi au chauffe-eau d’où peut émaner du monoxyde de carbone. Pour absorber le formaldéhyde, vous pouvez opter pour un croton qui apprécie les endroits confinés humides comme la salle de bain. L’anthurium et l’azalée se complètent bien pour lutter contre l’ammoniac. Enfin, un chamaedorea seifrizii est parfait pour éliminer le benzène des parfums.

 

 

 

Enfin, le choix des plantes sera différent en fonction de la lumière dont dispose chaque pièce de votre maison. Aussi, plus une plante est vigoureuse et de grande taille, plus son efficacité est grande. En conclusion, acquérir un certain nombre de fleurs embellira votre maison en plus de nettoyer l’air ambiant.